La RT 2012 / 2020

Objectif de consommation conventionnelle maximale d’énergie primaire Cepmax pour une maison individuelle selon la zone géographique
RT 2012 a pour objectif de limiter la consommation d'énergie primaire des bâtiments neufs en améliorant la performance de la structure et aussi en limitant les ponts thermiques.

Depuis le 1er janvier 2013, la RT 2012 est la norme de toute nouvelle construction. Ce n’est qu’une étape pour parvenir aux objectifs du Grenelle, qui prévoit d’imposer en 2020 le Bâtiment à énergie positive (Bepos). Dans l’immédiat, elle impose aux maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre une réflexion globale sur les choix de modes constructifs, très en amont de tout projet de construction.

Quels critères de conformité ?

 
Les exigences de résultats imposées par la RT2012 sont de trois types : l’efficacité énergétique du bâti, la consommation d’énergie primaire et le confort en été.
 
L’indice Bbio : la performance du bâti
Le Bbio permet de caractériser l’impact de la conception du bâti sur la performance énergétique indépendamment des systèmes de production d’énergie retenus.
Le Bbio vise à limiter les besoins liés au chauffage, à la climatisation et à l’éclairage en limitant les déperditions (isolation) et en captant les apports solaires par l’orientation, le vitrage et l’inertie.
Bbio ≤ Bbiomax
 
L’indice Cep : la consommation en énergie primaire
Le Cep caractérise les consommations conventionnelles d’énergie primaire pour le chauffage, le refroidissement, l’éclairage, la production d’eau chaude sanitaire et les auxiliaires.
Modulé selon la zone géographique, l’altitude, l’usage du bâtiment et pour les bâtiments d’habitation la surface moyenne des logements. Le Cep doit être inférieur à 50 kWhep/m² en moyenne.
Pour les bâtiments d’habitation à usage collectif cette valeur est portée à 57,5 kWhep/(m².an) jusqu’au 31 décembre 2014.
Cep ≤ Cepmax
 
L’indice Tic : la température intérieure du bâtiment
Il limite l’inconfort d’été et le recours à la climatisation sur la même base de calcul que la RT 2005, à savoir que la température la plus chaude atteinte dans les locaux, au cours d’une séquence de 5 jours très chauds d’été, n’excède pas le seuil de confort (Ticréf).
Tic ≤ Ticréf
 

La RT 2012 impose aussi des exigences minimales en matière de

  • Traitement des ponts thermiques
    - Le coefficient de transmission thermique linéique moyen des liaisons entre les planchers intermédiaires et les murs n’excède pas 0,6 W/(m.K)
    - Le ratio de transmission thermique linéique moyen global des ponts thermiques du bâtiment n’excède pas 0,28 W/(m²SHONRT.K)
     
  • Perméabilité à l’air :
    - pour la maison individuelle, maximum de 0,60 m3/(m2.h)
    - pour le logement collectif, maximum de 1,0 m3/(m2.h)
     
  • Recours aux énergies renouvelables pour les maisons individuelles
     
  • Accès à l’éclairage naturel.
 

Vers la reduction des ponts thermiques avec une maçonnerie de type a

De part leur caractéristique de mur de type a, les briques de structure Porotherm repondent facilement à la RT 2012 et offrent une structure qui respecte largement les exigences de ponts thermiques tout en restant en Isolation Thermique par l’Intérieur.